Imprimer

Celui qui entre quand les gens prient Al-'Isha alors qu’il n’a pas prié le Maghrib

Écrit par Faouzidu30. Publié dans Adorations

Al-Imam Muhammad Ibn Salih Al-'Uthaymin

 

Question : Un homme est entré au Masjid et il était voyageur et il les a trouvés priant la prière du 'Isha et il n'avait pas (encore) prié la prière du Maghrib. Donc il est entré (dans la prière du 'Isha) avec eux. Ainsi quand l'imam s'est levé pour la quatrième Rak'a il est resté assis (c'est-à-dire qu'il a achevé son Tashahhud et a salué). Son action est-elle correcte ou non ? Donnez-nous s'il vous plaît un verdict et qu'Allah vous récompense.

Réponse : L'avis correct est que son action est correcte. C'est à dire que quand vous attrapez l'imam et qu'il prie la prière du 'Isha et que vous n'avez pas prié la prière du Maghrib, avec laquelle vous entrez avec lui. Lorsqu'il se lève pour la quatrième Rak'a, vous restez assis, bien que vous fassiez quelque chose séparé de l'imam. Vous finissez le Tashahhud, ensuite vous faites le Taslim (Asalamu alaikoum qui conclut la prière) et ensuite vous entrez avec l'imam dans ce qui reste de la prière du 'Isha. Et cet avis est le plus correct.

Et quelques savants ont dit : priez la prière du Maghrib d'abord seul ou avec ceux qui sont avec vous, puis après cela rejoignez l'imam dans ce qui reste de la prière du 'Isha.

Et certains savants ont dit : entrez avec l'imam avec l'intention de la prière du 'Isha et ensuite quand vous l'avez fini (c'est-à-dire avec les gens) priez la prière du Maghrib.

Donc, voilà les trois avis des gens de science et le plus fort d'entre eux et le plus correct est le premier. Que vous entriez avec eux avec l'intention de la prière du Maghrib, ensuite lorsqu'il se lève pour la quatrième Rak'a, vous restez assis, vous faites le Tashahhud et le Taslim et quand vous l'avez fini vous entrez avec l'imam dans ce qui reste de la prière du 'Isha.

Article tiré du site assalafi.com

Source : écouter le shaikh

Traduit par Abu Sumaya

Traduit en français par les salafis de l'Est

 

http://www.salafs.com/modules/news/article.php?storyid=232

Imprimer

Aligner les rangs et joindre les pieds dans la prière en commun

Écrit par Faouzidu30. Publié dans Adorations

Shaykh Muhammad Nasirud-Din Al-Albani

 

Une Sunna abandonnée qui doit être revivifiée



Il y a beaucoup de ahadith authentiques du prophète (salallahu 'alayhi wa sallam) concernant l’ordre d’aligner les rangs (pour la prière en congrégation) et ceci est rarement méconnu de n'importe quel étudiant en science (islamique) sans parler de leurs enseignants. Cependant il reste méconnu de beaucoup que l’alignement des rangs exige de les aligner par les pieds, pas seulement les épaules. En effet nous avons souvent entendu des imams desmasajid (mosquées) l'indication - en ordonnant aux gens d’aligner les rangs - que la Sunna est de le faire avec les épaules sans les pieds! Puisque ceci est contraire à ce qui est établi dans la Sunna authentique, j'ai pensé qu’il était nécessaire de mentionner quelques ahadith qui existent sur ce sujet, comme un rappel pour quiconque veut agir conformément à la Sunna authentique, et ne pas être trompé par les coutumes répandues et les habitudes dans présentes la Umma.



Il y a deux ahadith authentiques sur ce sujet : le premier est le hadith rapporté par Anas et le deuxième par Nu'man ibn Bashir (radiallahu ‘anhuma). Quant au hadith d'Anas, il est le suivant :



Le hadith d'Anas ibn Malik :



« Alignez vos rangs et serrez-vous, certes je vous vois dans mon dos »



Le hadith est rapporté par Al-Bukhari [2/176 - Al-Fath, édition Bulaq], Ahmad [3/182 et 263] et Al-Mukhallis dans Al-Fawa'id [1/10/2], tous rapportés via un certain nombre de chaînes de transmission (turuq pluriel de tariq) d’après  Humayd At-Tawil qui nous dit qu’Anas ibn Malik nous a rapporté ceci :



« L'appel du commencement de la prière (Iqama) a été fait, le messager d'Allah (salallahu 'alayhi wa sallam) s’est tourné et a dit... »



(Puis il a mentionné le susdit hadith). Al-Bukhari ajoute dans une narration de ce hadith :



« (Il s'est tourné vers nous et a dit) avant de prononcer le takbir d'ouverture... »



Ajoutant aussi à la fin :



« ... chacun de nous collait son épaule à celle de son compagnon (debout à côté de lui) et son pied avec celui de son compagnon. »



Ce complément est aussi présent dans la narration d'Al-Mukhallis et Ibn Abî Shaybah [1/351] avec la formulation suivante : Anas a dit :



« ... J'ai alors vu chacun de nous coller son épaule avec celle de nos compagnons (attenant) et aussi  ses pieds avec ceux de nos compagnons, mais si vous deviez pratiquer cela aujourd'hui, la personne fuirait (de vous) comme une mule agitée. »



Sa chaîne de narration (sanad) est aussi sahih selon les conditions stipulées par les deux Shaykh (Al-Bukhari et Muslim). Al-Hafidh (Ibn Hajr) a attribué cette formulation à Sa'id ibn Mansur et Al-Isma'ili. Al-Bukhari a donné un chapitre sur ce hadith en disant :



Chapitre : « Coller l'épaule avec l'épaule et le pied au pied dans le rang (pour la prière). »



Quant au hadith de Nu'man (ibn Bashir), il est comme suit :



Le hadith de Nu'man ibn Bashir :



« Alignez vos rangs (il l'a dit trois fois), par Allah ou vous alignez vos rangs ou Allah causera le conflit entre vos cœurs. »



Le hadith a été rapporté par Abû Dawud [n°662], Ibn Hibban [n°396], Ahmad [4/276] et Ad-Dulabi dans Al-Kuna [2/86] de Husayn Al-Jadali Abil-Qasim ibnil-Harith qui a dit : j'ai entendu Nu'man ibn Bashir dire :



« Le messager d'Allah s’est tourné vers nous et a dit... »



(Puis il a mentionné le susdit hadith). Alors Nu'man ibn Bashir a jouté :



« ... J'ai alors vu chaque homme coller son épaule; genou et cheville avec celui de son compagnon. »



Le sanad de ce hadith est sahih, Al-Bukhari l’a cité volontairement dans une voie discontinue (mu'allaq) (indication qu’il l'a considéré authentique). Ibn Khuzayma a aussi rapporté sa chaîne de narration dans son Sahih [1/82,83] et Al-Mundhiri [At-Targhib 1/176] et Al-Hafidh [2/176 Al-Fath] tous deux ont confirmé cela. Ibn Hiban a rapporté le hadith dans son Sahih [14/396 - Mawarid] par le tariq d'ibn Khuzayma.



Le texte du hadith est aussi rapporté selon Ad-Dulabi par voie de Baqiya ibn il-Walid qui a dit :



« Hurayz nous a rapporté : j'ai entendu Ghaylan Al-Muqri ' rapporter d'Abi Qutayla Marthad ibn Wada'a (qui a dit : j'ai entendu) Nu'man ibn Bashir dire ... (puis il a mentionné le hadith).



Il n'y a aucun problème avec le sanad pour le but de soutenir des  narrations (mutab'at), ses rapporteurs sont fiables sauf Ghaylan Al-Muqri '. Il est, peut-être, Ghaylan ibn Anas Al-Kalbi (leur mawla) Ad-Dimishqi. Si c'est le cas, alors sa condition (comme un rapporteur) est inconnue. Un groupe de transmetteurs a rapporté de lui et Al-Hafidh (ibn Hajr) a dit de lui : « Il est acceptable (Maqbul). » Puis, il est devenu clair qu’identifier ce transmetteur dans le sanad comme étant Al-Muqri' était une erreur, comme Al-Bukhari et ibn Hiban l’ont dit et qu'en fait il est Ghaylan ibn Ma'shar Al-Muqra'i [Lubab3/237]. Ibn Abi Hâtim [7/53] a donné une biographie de lui, mentionnant qu'un certain nombre de gens ont rapporté de lui et Ibn Hiban [5/290] l'a déclaré fiable.




Le Fiqh de ces ahadith



Dans ces deux ahadith il y a un certain nombre de points importants d'avantage et de fiqh.



1_ L'obligation d’aligner les rangs pour la prière et de se serrer, en raison de l’ordre mentionné dans les ahadith. La règle concernant de tels ordres est qu'ils constituent une obligation (wujub) sauf si une autre preuve l’accompagne (qarina) prouvant que non, comme il est clairement établi dans la science des principes du fiqh. Le qarina ici souligne en fait l'obligation et ceci est dans la parole du prophète (salallahu 'alayhi wa sallam) : « ... ou Allah causera le conflit entre vos cœurs », puisque l'on ne donne jamais un tel avertissement pour le délaissement de ce qui n'est pas obligatoire comme il est tout à fait clair [1].



2_ La formation et l’alignement des rangs mentionnés dans le hadith sont seulement réalisés en joignant l'épaule et le côté du pied avec l'épaule et le pied de la personne adjacente. Ceci parce que c'est ce que les compagnons, (radiallahu 'anhum), ont fait quand on leur a ordonné d’aligner les rangs et de se serrer. De là Al-Hafidh (ibn Hajar) a dit dans Al-Fath après la mention de la parole complémentaire d'Anas dans le premier hadith que j'ai cité :



« Ceci (la formulation) est une explication explicite que l’action mentionnée (des compagnons) a été faite à l’époque du prophète (salallahu 'alayhi wa sallam). Avec cela en mémoire, l'utilisation de cette action comme un prétexte pour expliquer comme on atteint l’alignement des rangs. »



Il est regrettable que beaucoup de musulmans aient négligé cette Sunna d’aligner le rang, ou plutôt ils l'ont perdu totalement, à part quelques-uns d'entre eux. Car je n'ai vu cela pratiqué par aucun groupe parmi eux sauf Ahlul-Hadith (les Gens du Hadith). Je les ai vus à Makkah en 1368H enthousiastes et concernés par l’adhésion à la Sunna comme avec d'autres Sunan d'Al-Mustafaa (Muhammad le messager d'Allah) (salallahu 'alayhi wa sallam). Cela contrairement à d'autres des disciples des Madhahib - et je n'exclus pas les Hanabila (Hanbalis), car cette Sunna est tout à fait oubliée parmi eux. En fait ils l’ont consécutivement abandonnée et s'en sont détournée. Ceci parce que la plupart de leur Madhahib déclarent que la Sunna est à cet égard qu'un espace de quatre largeur de doigts doit être tenu entre les pieds, et plus que cela est détesté, comme cela est détaillé dans Al-Fiqh 'alal-Madhahib Al-Arba'a [1/207].



Cet espacement n'a aucune base dans le Sunna; plutôt ceci est basé sur le simple avis. S’il était correct, il serait nécessaire de limiter cette pratique à l'imam et celui priant tout seul pour que la Sunna authentique (de se serrer dans le rang) ne soit pas opposée avec cette pratique, comme les principes fondamentaux de fiqh (Al-Qawa'id Al-Ussuliya) l’exigent.



Dans court texte, je fais appel aux musulmans - particulièrement les imams des masajid, ceux qui sont concernés par le fait de suivre du prophète (salallahu 'alayhi wa sallam) et d’acquérir la vertu de revivifier sa Sunna, je leur lance un appel pour agir selon cette Sunna, s’en soucier et y appeler les gens jusqu’à ce qu'ils s’unissent sur cela et par quoi ils seront sauvés de l’avertissement : « ou Allah causera le conflit entre vos cœurs. »



J'ajoute ce complément ( de mon livre) : Il est parvenu d'un des prêcheurs à Islam (du'at) qu'il diminue le statut du Sunna que les compagnons ont pratiqué et qu'ils ont fait ainsi avec l'approbation du prophète (salallahu 'alayhi wa sallam). Il insinue que le prophète (salallahu 'alayhi wa sallam) ne leur a pas appris cette pratique. Donc il n'a pas compris - et Allah est plus savant- que :



_ C'était leur compréhension et que

 

_ Le prophète (salallahu 'alayhi wa sallam) a approuvé leur compréhension et leur pratique.



Ceci est suffisant pour Ahlus-Sunna pour affirmer la légitimité de cette pratique, parce que le témoin voit ce que l'absent ne fait pas et les compagnons sont les gens dont ceux qui les suivent n’échoueront jamais.



3_ Dans le premier hadith il y a une affirmation d'un miracle clair (mu'jiza) donné au prophète (salallahu 'alayhi wa sallam) et c'était sa capacité à voir derrière lui sans tourner sa tête. Cependant on doit savoir cela que ceci était exclusivement pour le prophète (salallahu 'alayhi wa sallam) quand il était dans la prière puisque rien n'existe dans la Sunna qui montre qu'il voyait derrière lui sans tourner sa tête à l'extérieur de la prière. Et Allah est plus savant.



4_ Dans les deux hadith, il y a une preuve claire pour quelque chose que beaucoup de personnes ne connaissent pas, bien que cela soit reconnu dans le domaine de la psychologie et c'est le fait que le mal (apparent) extérieur et la corruption affectent le mal intérieur et la corruption et vice versa. Il y a beaucoup de ahadith sur cela, peut-être entreprendrons-nous la tâche de les recueillir et d’y faire référence plus tard si Allah, le Très-Haut, le veut.



5_ L'entrée de l'imam dans le takbir d'ouverture pour la prière quand le mu'ahdhin dit « la Prière est sur le point de commencer. » (Qad qamati-salah) est une innovation dans la religion (bid'a) en raison de sa contradiction avec la Sunna authentique, comme ces ahadith le prouvent - particulièrement le premier. Les ahadith nous montrent qu'après que l'Iqama ait été fait, il est du devoir de l'imam d’ordonner que les gens alignent les rangs, leur rappelant cela, car il est responsable d'eux et sera interrogé. « ... Et vous êtes tous des bergers et vous serez tous interrogés sur vos gens. »




Notes de bas de page :



 [1] Note du traducteur : Se serrer dans le rang, remplir les vides et aligner le rang porte une grande récompense et vertu, tout comme cela est obligatoire. Ceci est mentionné dans un certain nombre de ahadith, comme ceux-ci:



« Les meilleurs d'entre vous sont ceux qui sont debout avec les épaules les plus proches (de celles de celui debout à côté d'eux) dans la prière et il n'y a aucun pas plus grand en récompense que celui fait par un homme vers un vide dans le rang, le remplissant ainsi. »

 

[rapporté par At-Tabarani dans Al-Aswat, voir Sahih At-Targhib wat-Tarhib (1/200)]



« Quiconque remplit un vide dans le rang, Allah l’élève par cela d’un rang et construit une maison pour lui au paradis. »

 

[rapporté par At-Tabarani dans Al-Aswat et Al-Asbahani dans At-Targhib
Le hadith est sahih comme il est mentionné dans Sahih At-Targhib (n°505)]




Article tiré du site theclearpath.com

 

Source : Silsilatul-Ahadith As-Sahiha. Vol.1 pp70-74, Hadith n°31 et 32.

 

Traducteur : Oways Al-Hashimi

 

Traduit en français par les salafis de l’Est

 

 
Imprimer

Quand se termine le temps de la prière du 'Isha ?

Écrit par Faouzidu30. Publié dans Adorations

Shaykh Muhammad Nasirud-Din Al-Albani

 

Quant à sa (Sayid Sabiq [1]) parole :

« ... Et quant au temps de la prière du 'Isha, il s'étend jusqu'au temps du Fajr et c'est ce qui est compris du hadith d'Abû Qatada qui a dit que le prophète (sallallahu 'alayhi wa sallam) a dit :

« La négligence (de la prière) n'est pas de dormir trop longtemps, mais la négligence se trouve chez celui qui ne prie pas jusqu'à ce que le temps de la prière suivante ne vienne. »

Muslim l'a rapporté. Le hadith prouve que le temps de chaque prière s'étend jusqu'à l'entrée du temps de la prière suivante, à part la prière du Fajr, car certes, son temps ne s'étend pas jusqu'à la prière du Dhuhr, plutôt les savants ont unanimement reconnu que son temps prend fin au lever du soleil... »

Je dis (Al-Albani) : l'auteur (Sabiq) suit As-Shawkani [2] et d'autres qu'eux dans la manière dont ils ont employé ce hadith comme une preuve. Cependant il n'y a aucune preuve en cela pour ce qu'ils concluent, particulièrement car il n'y a aucune mention des temps des prières, et cela ne fait pas référence aux temps des prières. Ce hadith mentionne seulement le péché de celui qui sciemment et intentionnellement retarde la prière jusqu'à ce que son temps passe, qu'une autre prière vienne clôturer son temps (comme le Maghrib qui met fin au temps du 'Asr) ou non (comme le Fajr et le Dhuhr).

Ceci est prouvé par le fait que cette narration concerne spécifiquement la prière du Fajr, quand le prophète (sallallahu 'alayhi wa sallam) et ses compagnons ont dormi pendant le temps du Fajr pendant un voyage. Les compagnons (qu'Allah les agrée) ont été étonné par ce qui leur est arrivé, donc le prophète (sallallahu 'alayhi wa sallam) leur a dit : « Ne suis-je pas votre exemple ? ». Puis, il a mentionné le hadith. Voilà comment il est rapporté dans le Sahih Muslim et d'autres livres.

Donc, si ce hadith devait signifier ce qu'ils revendiquent : que le temps des prières durent jusqu'à l'entrée de celle qui la suit, alors ce serait une preuve claire, que Fajr s'étend jusqu'au temps du Dhuhr, mais ils ne le disent pas! Plutôt ils tiennent à ce que le Fajr soit une exception à cette règle. Donc ces déduction, après que nous avons fait comprendre la raison pour laquelle le prophète (sallallahu 'alayhi wa sallam) a dit cela, ne sont pas valables, comme le hadith a été mentionné spécifiquement pour la prière du Fajr, comment peut-il être une exception au hadith ?!

En réalité le hadith ne légifère pas les temps des prières, mais il est une désapprobation ouverte de sciemment et consciemment retarder les prières de leurs temps. A ce sujet, Ibn Hazm a dit en réponse à la conclusion que nous avons passée en revue :

« Cela ne prouve pas ce qu'ils disent et ils sont d'accord avec nous que le temps du Fajr ne s'étend pas jusqu'au Dhuhr. Le hadith ne prouve pas que le temps de chaque prière est lié au temps de celle d'après, il expose seulement les méfaits de celui qui retarde la prière en dehors de son temps, que la fin de son temps soit liée au commencement d'une autre prière ou non. En outre, le hadith ne nie pas la négligence de celui qui retarde sa prière jusqu'à ce que son temps soit fini, même si le temps d'une autre prière a commencé, il n'affirme non plus sa négligence, plutôt cette narration est silencieuse quant à ces choses. Ces questions sont traitées dans d'autres narrations qui mentionnent spécifiquement les temps des prières individuellement et légifèrent leur commencement et fin. Et nous devons dire que quiconque transgresse le délai fixé de n'importe quelle action parmi celles pour lesquelles Allah a légiféré un temps, a transgressé les limites d'Allah, le Très-Haut, et Il dit [3] :

« Et quiconque transgresse les limites d'Allah, ce sont eux les oppresseurs » [4]

Ainsi quand il devient clair que le hadith est exempt de toute preuve indiquant que le temps de la prière du 'Isha dure jusqu'au Fajr, il nous faut revenir aux autres narrations qui sont des preuves claires de la législation du temps du 'Isha, comme sa parole (sallallahu 'alayhi wa sallam) :

« ... et le temps de la prière du 'Isha est jusqu'à la moitié de la nuit »

Rapporté dans le Sahih Muslim et ailleurs et cette narration existe intégralement dans le livre (Fiqh As-Sunna).

Ceci est soutenu par 'Umar ibn Al-Khattab qui a écrit à Abû Mussa Al-Ash'ari : « ... et prie le 'Isha avant qu'un tiers de la nuit ne passe, à moins que tu ne le retardes, alors à la moitié de la nuit, mais ne sois pas insouciant. » Ceci a été rapporté par Malik, At-Tahawi et Ibn Hazm et sa chaîne est sahih.

Cette narration est la preuve claire que le temps du 'Isha va jusqu'au milieu de la nuit [5] seulement et c'est ce qui est correct. As-Shawkani a favorisé cela en disant : « ... et le dernier temps pour le 'Isha est le milieu de la nuit. » [5] Et Siddiq Hasan Khan l'a suivi dans son explication [6] et une déclaration semblable a été rapportée de l'imam Malik comme il est trouvé dans Bidayatul-Mujtahid [7]. Et c'est aussi le choix d'un groupe de savants Shafi'i, comme Abû Sa'id Al-Istakhri et d'autres. [8]

Et Allah est plus savant.

Notes de bas de page :

[1] Note du traducteur : Il est l'auteur du livre Fiqh As-Sunna

[2] Note du traducteur : Voir Naylul-Awtar (1/430 de l'édition Dar Al-Ma'rifa).

[3] sens de sourate At-Talaq :1

[4] Al-Mahalla (3/178)

[5] Note du traducteur : la nuit commence au coucher du soleil jusqu'à l'entrée du vrai Fajr, comme cela est convenu par les savants.

[6] Ad-Durar Al-Bahiya

[6] Ad-Durar Al-Bahiya, note du traducteur : Voir At-Ta'liqat Ar-Radhiya, 1/40. Vous avez pu remarquer que shaykh Al-Albani a attribué les deux déclarations à la As-Shawkani - que le 'Isha s'étend seulement jusqu'à la moitié de la nuit et qu'il s'étend jusqu'au Fajr. Il n'y a aucune contradiction ici, comme As-Shawkani changeait souvent ses positions sur de nombreuses questions, comme il est trouvé dans ses livres de Fiqh. Ceci est un exemple clair comme le montre ses propres paroles.

[7] Ar-Rawdhatun-Nadiya (1/69-70) note du traducteur : Voir At-Ta'liqat Ar-Radhiya 1/356-359

[8] Note du traducteur : Voir Bidayatul-Mujtahid (1/241 de l'édition de Maktabatu Ibni Taymiya).

Article tiré du site bakkah.net

Source : Son livre Tamam Al-Minna (p.140-142)

Traduit par Abul-'Abbas

Traduit en français par les salafis de l'Est

 

http://www.salafs.com/modules/news/article.php?storyid=178

Plus d'articles...

Qui Sommes-Nous?

Site Salafi administré par le frère Faouzi de Alés dans le gard, il regroupe les textes de nos Savants et étudiants avec des audios et des vidéos...

Contact