Imprimer

Quel est l'avis religieux relatif au fait de prier derrière un imam âgé et aveugle qui fait parfois des erreurs?

Écrit par Faouzidu30. Publié dans Fatawas

Quel est l'avis religieux relatif au fait de prier derrière un imam âgé et aveugle qui fait parfois des erreurs?

 

R: La prière en commun accomplie derrière un imam aveugle est permise. Il se pourrait même qu'elle soit préférable si sa récitation est meilleure que celle de ceux qui effectuent la prière derrière lui et ce, conformément à la sentence générale tirée de sa parole (Salla Allah 'Alaihi Wa Sallam) suivante

: C'est celui qui récite mieux le livre d'Allah qui dirige la prière en commun. Cf. le hadith. Il a été affirmé que le Prophète (Salla Allah 'Alaihi Wa Sallam) Il (Salla Allah 'Alaihi Wa Sallam) a nommé Ibn Omm Maktoum pour présider les hommes dans la prière alors qu'il était aveugle.

Ceci a été rapporté par l'imam 'Ahmad et Abou Dâwoud. Quant à ses erreurs commises lors de la lecture du Coran, cela nécessite une explication détaillée: si ses erreurs sont des fautes de langage qui ne modifient pas le sens des versets, alors la prière derrière lui est valide. S'il y a une autre personne qui ne fait pas de fautes, ce dernier est prioritaire pour diriger la prière.

En revanche, si les erreurs de prononciation qu'il commet modifient le sens des versets, alors la prière derrière lui est non valide. Cela à cause de ses erreurs de prononciation et non à cause de sa cécité, comme par exemple le fait de dire :

C'est Toi (Seul) que nous adorons, en mettant la voyelle "Kasra" (donnant le son I à la lettre sous laquelle cette voyelle se trouve) sous la lettre "Kâf" ou: de ceux que Tu as comblés de faveurs, en mettant une voyelle "Damma" (donnant le son Ou) sur le lettre "T" ou en y mettant une " Kasra " [ An'amati 'Alaïhim].

Si ses erreurs sont dues à une faiblesse dans la mémorisation du Coran, alors dans ce cas, celui qui mémorise mieux que lui le Coran est prioritaire pour assurer l'Imamat.

Qu'Allah vous accorde la réussite et prière et salut sur notre Prophète Mohammad, ainsi que sur sa famille et ses compagnons.

Fatawa ( Numéro de la partie: 7, Numéro de la page: 387)

 

Le Comité Permanent des Recherches Scientifiques et de la Délivrance des Fatwas (Al-Iftâ')
Membre Membre Vice-président Président
'Abd-Allah ibn Qa'oud 'Abd-Allah ibn Ghoudayân 'Abd-Ar-Razâq 'Affifî 'Abd-Al-'Azîz ibn 'Abd-Allah ibn Bâz

Imprimer

La polygamie

Écrit par Faouzidu30. Publié dans Fatawas

La polygamie

Shaykh Al-Albânî- Rahimaoullah

 Question : Pourriez-vous nous conseiller en ce qui concerne la pratique de la polygamie, surtout à notre époque ?

'Ali Hassan : Puis-je compléter la question shaykh ? Afin que la réponse soit complète. Concernant ce qu'écrivent de nombreuses personnes pour défendre l'islam et répondre aux ambiguïtés et qui disent que la polygamie n'a été légiférée que pour des raisons précises. Est-il vrai que la polygamie ne peut être pratiquée et n'a été légiférée qu'en présence de ces causes, ou le musulman a-t-il libre choix en cela ?

 

Réponse : Nul doute que le musulman a le choix, mais nous disons constamment en réponse à cette question que nous ne conseillons pas à un homme marié dont l'épouse lui suffit, de prendre une autre épouse. Nous ne conseillons pas cela et ce n'est pas par opposition à la Parole d'Allah : « Épousez les femmes qui vous plaisent, deux, trois ou quatre. », mais seulement après avoir considéré la situation des musulmans aujourd'hui et l'éducation de la société dans laquelle ils vivent et qui ne réjouit personne. Lorsque le musulman prend une deuxième épouse, premièrement il va trouver face à lui une opposition de ses proches, et plus encore des étrangers. Mais naturellement le musulman n'y prête aucune attention puisqu'il s'accroche à sa religion, et on peut dire de lui : « il est extrémiste (dur, Mutashaddid) ! » Le secours est auprès d'Allah ! Il n'est pas extrémiste mais uniquement attaché à sa religion (Mutamassik), mais on ne le qualifie d'extrémiste qu'en raison du délaissement des gens de leur religion. C'est là un premier problème. Une deuxième difficulté est que le comportement de la deuxième épouse peut, et c'est un euphémisme, ne pas s'accorder avec celui de la première qui ne peut vivre une bonne vie avec sa co-épouse, et c'est là que les problèmes commencent.

Et tout cela découle à la fois d'une mauvaise éducation et d'une mauvaise compréhension religieuse. Et je pense que nous savons tous que de nombreuses radios, qui ont précédé l'existence d'autres radios où s'expriment certains savants attachés à la Loi d'Allah, dénonçaient le mariage à une deuxième épouse et plus. Et comme vous avez pu l'entendre de notre frère, shaykh 'Ali, ils limitent les Textes clairs montrant la permission d'épouser une deuxième, troisième et quatrième femme aux nécessités impérieuses. Ils interprètent le manque d'équité [dans la Parole d'Allah] « Mais vous ne pourrez être totalement équitables envers elles. » comme étant l'équité dans le partage des biens, alors que ce n'est pas ce qui est visé dans ce verset qui évoque uniquement l'équité du cœur dont vous avons parlé auparavant. Nul doute que ces radios ont fait naître un courant (une atmosphère) non musulman, et ainsi la majorité des musulmans n'acceptent pas la polygamie, bien que le Coran soit clair sur la permission, et lorsque que l'un d'entre eux la pratique, cela déclenche de nombreux débats, des oppositions...

C'est en me basant sur cela, et d'autres éléments encore que je dis : je ne conseille à personne de prendre une deuxième épouse si la première lui suffit. Concernant la polygamie, les gens sont entre l'exagération et la négligence. Les uns abusent dans leur rejet, et les autres abusent dans la permission sans considérer la société musulmane de nos jours. La vérité est ce qu'Allah a dit à une autre occasion « Ceux qui s'en tiennent au juste milieu ». Un homme peut penser, pour une raison ou une autre, qu'il a besoin d'une autre épouse. Mais qui définit ce besoin ? Sont-ce les gens, même s'ils sont proches ou lui-même ? Nul doute que la décision revient à celui qui désire prendre une seconde épouse. C'est pourquoi nous ne sommes pas d'avis d'une permission totale sans prise en considération de l'époque à laquelle nous vivons et qui n'aide pas à prendre une deuxième épouse. De même que nous n'adressons aucun reproche à celui qui prend une deuxième épouse, surtout que nous ne connaissons pas les raisons qui l'ont poussé à cela.

Imprimer

Divorce prononcé par un plaisantin

Écrit par Faouzidu30. Publié dans Fatawas

Divorce prononcé par un plaisantin

Le Comité Permanent des Recherches Scientifiques et de la Délivrance des Fatwas (Al-Iftâ')

 

                        > La Fatwa numéro ( 12967 )

 

Q : Nous étions un groupe de jeunes réunis pour déjeuner un jour de Cha`bân en 1409 de l'hégire. Mes amis rigolaient avec moi et ont dit :

 
( Numéro de la partie: 20, Numéro de la page: 65)
 

"Ta femme est allée chez sa famille, et elle ne te désire plus." Alors, je leur ai dit : "Elle est répudiée." Ils m'ont donc dit : "Tu l'as répudiée, en disant cela !", mais moi, je l'ai nié. Ces jeunes se sont rendus chez le Cheikh à Abha où nous travaillions. Ces jeunes étaient avec moi lors de la plaisanterie. Ils ont interrogé le Cheikh sur son avis concernant ce qui s'était passé. Il leur a dit : "L’expiation est indispensable." Les jeunes m'ont pris 400 riyals pour les distribuer. Ensuite, je me suis rendu chez ma famille et ma femme et j'ai eu des rapports avec cette dernière, après la fête de la rupture du jeûne, c'est-à-dire, deux mois après cet incident, sachant que personne d'autre n'était au courant de cette affaire, à part les copains qui m’accompagnaient alors. Maintenant, la question est la suivante : Est-ce que nous avons agi correctement ? Donnez-nous une fatwa, qu'Allah vous rétribue.

 

R: Si la situation est telle que vous venez de citer, une seule répudiation a eu lieu, puisque vous avez dit : "Elle est répudiée"; parce que le divorce a lieu que l'homme soit sérieux ou qu'il plaisante. Vous pouvez, cependant, reprendre votre femme en mariage, tant qu'elle est encore dans la période de viduité (`Idda) et si cette répudiation n'a pas été précédée par deux autres. D'ailleurs, si vous avez eu des rapports, après la fête de la rupture du jeûne et avant qu'elle n'ait eu trois périodes de menstrues, elle est votre épouse, et ces rapports constituent une reprise en mariage. Toutefois, si elle avait déjà eu trois périodes de menstrues avant ces rapports, et après la répudiation, elle vous est illicite, sauf par un nouveau contrat de mariage. Qu'Allah vous accorde la réussite et que les prières et le salut soient sur notre Prophète Mohammad, ainsi que sur sa famille et ses compagnons.

Membre Vice-président Président
`Abd-Allah ibn Ghoudayân `Abd-Ar-Razâq `Affifî `Abd-Al-`Azîz ibn `Abd-Allah ibn Bâz

Source : www.alifta.net/

Qui Sommes-Nous?

Site Salafi administré par le frère Faouzi de Alés dans le gard, il regroupe les textes de nos Savants et étudiants avec des audios et des vidéos...

Contact